Les risques de la chirurgie

La phlébite :une veine  qui se bouche par un caillot de sang.

 

Une embolie pulmonaire :  la phlébite peu se compliquée , le caillot de sang peu grossir et se détacher et aller boucher un vaisseau pulmonaire.

 

Une ecchymose  » bleu » apparaît presque toujours et se résorbe de lui-même en quelques semaines, l’hématome lui est plus volumineux et peu nécessité une évacuation chirurgicale.

 

Une nécrose cutanéeau niveau des bords de la cicatrice ou une désunion (la cicatrice se ré-ouvre)

 

 

Une infection :en cas de survenue de douleurs au niveau de la zone opérée, d’un œdème (gonflement), de troubles de cicatrisation, de sécrétions au niveau de la cicatrice ou en cas d’une fièvre inexpliquée, vous devriez consulter immédiatement votre spécialiste. Ce risque justifie de prendre certaines précautions : éviter les piqûres (anticoagulants) du côté de la prothèse, prévenir rapidement votre médecin lors d’une infection (urinaire, pulmonaire, digestive, soins dentaires…)

 

Les infectionspeuvent être mineures, superficielles ou profondes, mais parfois inquiétantes car se développant au contact des éléments de la prothèse. La survenue d’une infection est rare mais peut prolonger votre hospitalisation, nécessiter une reprise chirurgicale, demander un traitement antibiotique par voie veineuse et prolongé.

 

 

 

La lésion de vaisseaux sanguins ou de nerfsau cours de l’intervention, qui peuvent donner des paresthésies (sensations cutanées particulières) autour de la cicatrice, ou des faiblesses musculaires,

 

 Les fractures des os et les ruptures ligamentaires :peuvent survenir pendant ou à distance de l’intervention . Elles nécessitent des soins spécifiques et prolongent la convalescence.

 

Le descellement de la prothèseest généralement une complication pouvant survenir à distance mais qui peut être le témoin d’une infection profonde si sa survenue est précoce,

 

Une boiterie, peut apparaître après l’intervention, et disparaître ou être fortement atténuée au bout de 6 mois,

 

Les douleurssont assez fréquentes, augmentées par la nécessaire rééducation pour parvenir à obtenir un bon résultat fonctionnel. Ces douleurs ne sont pas liées à l’arthrose mais à l’adaptation des muscles et des tendons à un genou modifié par la pose de la prothèse. Généralement il faut 2 à 3 mois pour qu’elles disparaissent. Des médicaments vous sont prescrits et le glaçage du genou préconisé.

 

L’algodystrophieest un phénomène rare qui peut entrainer raideur, douleurs et œdème pouvant gêner la récupération fonctionnelle. Il s’agit d’un dérèglement du système nerveux végétatif autonome que l’on ne peut prévenir et dont les traitements sont peu efficaces. L’algodystrophie peut durer plusieurs mois. Elle disparaît le plus souvent spontanément.